La plainte surprenante d'Elon Musk contre OpenAI
|

La plainte surprenante d’Elon Musk contre OpenAI

Le texte aborde le cas juridique d’Elon Musk contre OpenAI, une organisation travaillant sur l’intelligence artificielle. La plainte de Musk allègue que GPT-4, développé par OpenAI, est une véritable intelligence artificielle générale (IAG), ce qui va à l’encontre des accords précédents entre Musk et OpenAI. Cependant, la plainte est critiquée pour son manque de fondement juridique solide.

La principale revendication de Musk est une violation de contrat, mais il n’existe pas de contrat écrit entre lui et OpenAI. La plainte fait référence à un « accord fondateur », mais aucun document concret n’est fourni pour étayer cette allégation. Les statuts de constitution d’OpenAI mentionnent l’objectif de fournir des financements pour la recherche en intelligence artificielle au bénéfice du public, mais ils ne constituent pas un accord contraignant.

De plus, la plainte cite un échange d’e-mails entre Sam Altman (PDG d’OpenAI) et Elon Musk, où Altman assure que la technologie développée par OpenAI serait utilisée pour le bien du monde, et Musk répond favorablement. Cependant, un simple échange d’e-mails ne constitue pas un contrat légalement contraignant, surtout en l’absence de termes et conditions clairs.

La plainte d’Elon Musk contre OpenAI manque de fondement juridique

La plainte évoque également le concept juridique d’estoppel par promesse, mais il est peu probable que cela soit applicable dans ce cas. L’estoppel par promesse est rarement invoqué dans le monde réel et exigerait que Musk ait subi un préjudice en se fiant aux promesses faites par OpenAI. Cependant, donner des millions de dollars à une organisation à but non lucratif sans contrat écrit ne suffit pas à démontrer un préjudice.

En résumé, la plainte d’Elon Musk contre OpenAI semble manquer de fondement juridique solide. Il n’existe pas de contrat écrit entre les parties, et les échanges d’e-mails ne suffisent pas à établir un accord contraignant. De plus, les allégations de violation de contrat reposent sur des interprétations douteuses des communications entre les parties. Il est peu probable que cette affaire progresse, et elle est critiquée pour son manque de sérieux et de fondement juridique.

Source : The Verge

A lire également

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires