La Belgique se prononce contre les boîtes à butin dans Overwatch, FIFA …

Industrie - Jeux video - Micro Transaction - Analyse

Juste une semaine après que l’Autorité des Jeux des Pays-Bas ait déclaré que certains jeux de butins enfreignaient les lois néerlandaises sur les jeux. La Commission des jeux de Belgique est arrivée à la même conclusion. La commission a examiné quatre jeux vidéo populaires : Star Wars: Battlefront 2, Overwatch, FIFA 18 et Counter-Strike: Global Offensive. Et elle a découvert que trois d’entre eux contenaient des boîtes à butin contrevenant aux règles du jeu du pays.

« Mélanger les jeux vidéo et les jeux de hasard, surtout à un jeune âge, est dangereux pour la santé mentale. Nous avons déjà pris de nombreuses mesures pour protéger les mineurs et les adultes contre l’influence, entre autres, de la publicité sur les jeux d’argent. », a déclaré le ministre de la Justice Koen Geens. « C’est pourquoi nous devons également veiller à ce que les enfants et les adultes ne soient pas confrontés à des jeux de hasard. Alors qu’ils cherchent à s’amuser dans un jeu vidéo. »

Geens a en fait stimulé l’enquête sur les boîtes de butin en novembre 2017. Suite au tumulte des boîtes de butin dans Star Wars: Battlefront 2. Ironiquement, Battlefront 2 est le jeu que la Commission des jeux a déclaré ne pas enfreindre la loi belge.

Une note PEGI en fonction du contenu principal du jeu, mais pas des éléments annexes

Le rapport note que le système de notation PEGI est appliqué aux jeux en fonction de leur contenu. Mais il ne prend pas en compte les éléments liés au jeu. Dans le même temps, «les développeurs utilisent de plus en plus des systèmes pour que les joueurs dépensent de l’argent réel une fois qu’ils ont acheté un jeu». Allant de l’utilisation de célébrités à la promotion de butins cachés.

Une fois le rapport terminé, la Commission des jeux a déclaré que les boîtes de butin non réglementaires devaient être retirées. « Si cela ne se produit pas, les opérateurs risquent une peine d’emprisonnement. La peine peut aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et une amende pouvant aller jusqu’à 800 000 € », prévient-il. « Quand des mineurs sont impliqués, ces punitions peuvent être doublées. »

Les editeurs de jeux ouverts au dialogue, mais ils ne considèrent pas les boites comme des jeux de hasards

Une date limite pour leur changement ou leur suppression n’a pas été fixée. Mais Geens a déclaré qu’il s’entretiendrait avec les développeurs de jeux à l’avenir. Un représentant de Electronic Arts, éditeur de FIFA 18, a déclaré qu’il «se félicitait du dialogue avec le ministre Geens». Mais a également réaffirmé la position de l’entreprise selon laquelle ses boîtes à butins ne constituent pas un jeu de hasard.

« Nous croyons fermement que nos jeux sont développés et mis en œuvre de façon éthique et légale partout dans le monde. Et nous prenons ces responsabilités très au sérieux. » a déclaré le représentant. « Nous sommes profondément attachés à ce que nos joueurs aient une expérience amusante et équitable dans tous nos jeux. De plus, nous veillons à ce que chaque jeu soit commercialisé de manière responsable. Y compris en conformité avec les normes d’évaluation régionales. »

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire