God of War Test et Avis : Violemment brillant!

0
190
God of War test et avis - Violemment brillant

God of War, le test a été un vrai plaisir. Malgré le titre non-numérique suggérant une refonte complète, God of War est passionnément différent. C’est plus de la rédemption que de la réinvention, bien qu’il y en ait beaucoup aussi. Puisque Sony Santa Monica impose le poids du passé de Kratos dans l’un des blockbusters les plus magnifiques, spectaculaires et percutants de la génération.

Dans God of War, le salut ne vient pas facilement, particulièrement pour un dieu. Et encore moins pour Kratos, la divinité spartiate qui a écrasé, croqué et démembré son chemin à travers l’ensemble de l’Olympe dans une rage meurtrière et vindicative. À travers trois jeux principaux et trois préquels, de la brutalisation d’Hercule et d’Hélios à la mort de son père Zeus, Kratos ne laissa rien se mettre en travers de son chemin jusqu’à ce que tout le panthéon grec fût des abats et des os.

Alors, où allez-vous sur Terre (ou les cieux)? Souvent, lorsqu’une série de jeux vidéo a suivi son cours thématique, elle nécessite une refonte complète; la sécurité d’un redémarrage préservant un nom populaire tout en réécrivant son histoire. Lorsque j’ai commencé ce test, je m’attendais à un titre réussi, mais j’ai trouvé un chef d’oeuvre!

God of War Test – L’histoire

En vérité, Kratos espère la paix plus que la pénitence. Comme nous le rejoignons dans le désert des montagnes scandinaves, le fantôme de Sparte pleure la mort de sa femme, Fay, et doit maintenant prendre soin de leur jeune fils Atreus. Un garçon maladif avec un tempérament chaud, Atreus est conscient de la colère de son père, mais pas de sa vraie nature. Maintenant, il doit réaliser le dernier souhait de Fay; avoir ses cendres dispersées au plus haut point des neuf royaumes.

God of War, c’est un road trip paternel, avec une histoire simple qui s »installe, à peu près de la même manière que le cousin cinématographique Logan ou The Last of Us. Dans God of War, Atrée apprend à survivre dans une terre hostile tout en contrôlant sa propre rage dans l’espoir que son fils ne commette pas les mêmes erreurs. 

Du point de vue du joueur, cela signifie qu’Atreus est une présence constante à vos côtés. D’une certaine manière, God of War sera familier aux vétérans de la série. Vous combattez des goules mythologiques dans des combats intenses, résolvez des énigmes et parfois vous devez écraser le crâne de bêtes qui font trois fois votre taille. Mais, encore une fois, les détails sont délicieusement différents, aiguisés pour rafraîchir la formule et accueillir les nouveaux joueurs.

God Of War Test – Un gameplay violemment brillant

Lors de notre test, le gameplay a été un vrai plaisir. Les combats explosent avec une force frissonnante. Ainsi les combats s’embrasent violemment et rapidement, avec votre hache cognant dans les draugrs et les trolls.

Même au début, le combat est dynamique et gratifiant. Jongler avec des ennemis de la hache de près, ou la jeter de loin avant de la rappeler comme le boomerang le plus meurtrier du monde. Vous pouvez lancer votre hache à travers la jambe d’un ennemi, les écraser sur le sol, parer un coup de bouclier avant de frapper votre assaillant avec vos poings juste avant de rappeler votre hache. C’est terrible, avec Atreus qui vous accompagne avec ses flèches élémentaires, toujours un atout plutôt qu’un fardeau.

Au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu et que votre arsenal se développe, avec des points d’expérience qui s’enfoncent dans des arbres de compétences simples mais généreux, vous débloquez des combos plus élaborés et des attaques puissantes. L’action s’anime avec un bruit et une fureur extraordinaires. Plutôt qu’une prouesse martiale, mais elle est toujours fluide et intuitive.

Une hache qui dynamise le jeu

Manier la hache est fantastique, tout au long du test de God of War nous avons la dynamique qu’elle offre. Donnant souvent avec l’environnement des casse-tête simples  mais satisfaisants, coupant des cordes pendantes et gelant des portes ouvertes. Les sorts de silence entre les points de combat sont souvent aussi convaincants. L’exploration devenant un élément clé du jeu au fur et à mesure de sa progression. Au début, vous pouvez vous aventurer hors des sentiers battus pour simplement chasser des goodies sur votre chemin à travers Midgard. Mais en quelques heures, le jeu s’ouvre de manière exponentielle lorsque vous atteignez le centre du lac des Neuf.

God of War test et avis - hache

De là, vous pouvez prendre un bateau à rames à travers Midgard, avant de voyager entre les différents royaumes. Les zones sont bloquées par des cristaux rouges luisants ou des ronces. Attendant d’être découvertes alors que vous obtenez plus de puissance ou de pouvoirs élémentaires pour l’arc d’Atreus.

Beaucoup de liberté avec ses frissons et ses dangers

L’élégante simplicité du récit joue son rôle dans God of War. Bien qu’elle offre beaucoup de liberté avec ses frissons et ses dangers. En particulier lorsque Odin et les divinités d’Asgard commencent à prêter attention aux escapades de Kratos. La nature de votre quête donne beaucoup de place à l’exploration.

God of War est un jeu prodigieusement beau, peut-être le meilleur sur console. Kratos lui-même, âgé et barbu, est incroyablement détaillé. Les paysages, quant à eux, sont assez extraordinaires. Les montagnes enneigées surplombent des panoramas étendus, une magnifique forêt tout en technicolor resplendit de rouges vifs, de verts et d’une énorme tortue bienveillante portant la maison d’un ami sur son dos. Le lac de Nine est un paradis baigné de soleil, dominé par un serpent géant montagnard qui scrute les eaux cristallines et les statues de Thor.

God of War – Une réalisation cinématographique

Techniquement, God of War est magnifique, avec la lumière et les couleurs dansantes, du feu, du sang ou de la magie scintillante sur presque chaque scène. Mais sa cinématographie qui fait tourner les têtes est aussi quelque chose. God of War est filmé en une seule prise. La caméra s’attache au dos de Kratos. Mais elle se balance et tourbillonne autour de lui pendant les cinématiques dans un effet vertigineux. Avant de se blottir derrière vous quand il est temps d’avancer.

God of War est un jeu vidéo phénoménal. Il s’inspire à la fois de son propre passé et de jeux plus récents. Pour construire son vocabulaire dans ses éléments d’exploration et de RPG plus ouverts. Mais il est également très versé dans le langage du cinéma. C’est presque toujours au crédit du jeu car il trouve le rythme à la fois visuellement et dans son scénario étonnamment excellent.

Malgré quelques sautes d’humeur d’Atreus, la relation entre Kratos et son fils est superbe. Au début, ils ont tous deux du mal à accepter leur relation. Kratos se débattant avec ses démons intérieurs, Atreus avec l’absence et la fureur de son père. Il n’est pas exempt de clichés, mais il ne tombe pas dans les banalités

Le plus grand jeu de God of War

Tout cela équivaut à un jeu d’une grande cohérence. Passant de scènes cinématographiques prenantes à la frénésie du combat dans un équilibre parfaitement maîtrisé. God of War vous offrira au moins 30 heures de jeu avant de lancer le générique. Ainsi God of War représente un pari étonnant, créatif et risqué. Enfin, le titre est accueilli très positivement par la critique et les tests encensent le titre :

Test GameSpot — 9/10 :

« À maints égards, God of War est ce que la série a toujours été: un jeu d’action spectaculaire avec des pièces de théâtre épiques, des valeurs de production à gros budget et un combat acharné qui devient de plus en plus fébrile et impressionnant. Comme Kratos, God of War rappelle le passé tout en reconnaissant la nécessité de s’améliorer. Tout ce qu’il fait de neuf est pour le mieux. Et tout ce qu’il retient sur les bénéfices en conséquence: Kratos n’est plus une brute prévisible. God of War n’est plus une série d’action à l’ancienne. Avec ce redémarrage, il emprunte avec confiance un nouveau chemin qui, nous l’espérons, conduira à des aventures plus excitantes à venir. » Test God of War de Peter Brown.

Test God of War IGN – 10/10

« Je m’attendais à une grande action de God of War, et je l’espèrais. Mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit un voyage palpitant. Dont chaque aspect compléterait les autres pour former ce qui n’est rien d’autre qu’un chef-d’œuvre. Dans lequel Kratos, un personnage d’une seule note, devient un père, un guerrier et un monstre complexe. Luttant à la fois sur le terrain et dans son propre cœur pour traiter son fils. Dans lequel le monde s’ouvre et se décale, offrant des récompenses. Le soin évident apporté à l’élaboration de son univers, de ses personnages et de son gameplay constitue de loin le jeu le plus émouvant et le plus mémorable de la série. » Test God of War de Jonathon Dornbush.

Test Polygon – 10/10

« Il y a une dizaine d’années, le réalisateur Cory Barlog a aidé à établir la franchise God of War. Comme un gore emblématique et un jeu vidéo débraillé. Alors que son anti-héros, Kratos, avait du pathos (il a tué sa femme et sa fille par leurs cendres). Il servait peu de but dramatique, se présentant plutôt comme une excuse grimaçante pour ses manières de diviniser et d’orgie … Barlog – maintenant plus âgé, un père – est revenu à la série avec un groupe de créateurs talentueux. Beaucoup d’entre eux ont servi dans les jeux précédents, pour réaliser ce potentiel riche mais négligé à la base. Il y a encore beaucoup de gore, mais maintenant les entrailles ont de la viande.  » Test God of War de Chris Plante.

A lire aussi : Test Far Cry 5 : Un monde déjanté rempli d’action

Laisser un commentaire