Nintendo poursuit deux sites Web de jeux piratés, ROM modifiés

1
6
Nintendo poursuit deux sites Web de jeux piratés, ROM modifiés

Nintendo a déposé une plainte contre deux grands sites d’émulation et de jeux piratés. La société demande des millions de dollars de dommages et intérêts pour le préjudice subi.

Nintendo a intenté une action en justice contre le propriétaire de deux grands sites. Ces derniers vendent des émulateurs, ainsi que des ROM pour de nombreux jeux Nintendo classiques.

Les sites sont LoveROMS et LoveRETRO, qui selon Nintendo sont exploités par le même propriétaire. La société a déposé une plainte auprès d’un tribunal fédéral en Arizona. Ainsi l’objet de la plainte est la violation du droit d’auteur et de la marque.

Des copies gratuites et non autorisées des jeux vidéo de Nintendo

Un PDF de 27 pages du procès a été obtenu par Torrent Freak. Dans ce document, Nintendo détaille comment Jacob Mathias et sa société en Arizona, Mathias Designs, proposent des jeux vidéo piratés et d’autres copies non autorisées sur les deux sites.

« Le site Web LoveROMs reçoit à lui seul 17 millions de visiteurs chaque mois. Ces visiteurs sont attirés sur le site Web par la disponibilité de copies gratuites et non autorisées des jeux vidéo de Nintendo et d’autres biens intellectuels de grande valeur », lit-on dans le procès.

« La popularité des sites LoveROMs et LoveRETRO a permis aux Défendeurs de récolter des gains substantiels et mal acquis, notamment grâce à des dons et à la vente de publicités sur les sites LoveROMs et LoveRETRO. »

Nintendo vise la fermeture des sites web de jeux piratés

Nintendo met en évidence plusieurs fois cette prétendue violation commerciale tout au long du dépôt de plainte. En disant essentiellement que le propriétaire du site fait de l’argent sur les produits et la propriété intellectuelle de Nintendo.

Nintendo demande des dommages-intérêts de 150 000 $ par jeu Nintendo et jusqu’à 2 000 000 $ pour chaque marque atteinte. Cela pourrait ajouter jusqu’à 100 millions de dollars si vous considérez le nombre de jeux offerts. Cependant ces chiffres élevés sont probablement destinés à forcer les sites à fermer.

Ainsi, l’effet n’a pas tardé, LoveRETRO et LoveROMS ont fermé « jusqu’à nouvel ordre ».

Le sujet de l’émulation des vieux jeux a toujours été trouble. Les enthousiastes opérant souvent dans les zones grises de la loi. La plupart des entreprises sont généralement contre, même si les jeux et le matériel émulé ne sont plus en vente ou facilement accessibles.

Nintendo a toujours été catégorique dans sa position contre l’émulation de ses jeux, et obtient dans la majorité des cas la fermeture des sites web concernés.

A lire aussi : Netflix sur Switch n’est pas dans les priorités de Nintendo ?

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire