Huawei a déposé la marque Hongmeng OS

Les rumeurs parlent d'un déploiement en octobre

Huawei Hongmeng OS

Le système d’exploitation de Huawei pourrait s’appeler Hongmeng OS. Le géant chinois a déposé la marque en Europe et dans d’autres pays.

Plus précisément, actuellement la société a déjà déposé la marque dans au moins neuf pays. Dont le Canada, le Cambodge, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande et le Pérou, ainsi que dans la région européenne, selon Reuters.

En fait, l’agence de presse a déclaré que ses informations se fondaient sur des données obtenues de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle des Nations Unies (OMPI).

Tout d’abord, la demande de marque a été déposée au Pérou. Cela auprès de l’Institut national pour la défense de la libre concurrence et la protection de la propriété intellectuelle (Indecopi) le 27 mai.

Les demandes auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de l’Union européenne et de l’Agence de la propriété intellectuelle de la Corée du Sud ont déjà été déposées, le 14 mai.

En Chine, Huawei aurait soumis la demande auprès de l’administration de la propriété intellectuelle. Le dépôt aurait fait en août dernier et l’acceptation reçue le mois dernier.

Hongmeng OS : un système d’exploitation pour smartphones, ordinateurs, téléviseurs …

En fait, les données de l’OMPI suggèrent également que Huawei souhaite utiliser son système d’exploitation «Hongmeng» dans une variété de gadgets. Des smartphones aux ordinateurs portables, en passant par les téléviseurs et les robots.

La décision de lancer son propre système d’exploitation mobile intervient après la décision prise le mois dernier par le gouvernement américain. Cette décision a placé la société chinoise sur une « liste noire ». Ce qui lui interdit de traiter avec des sociétés américaines sans l’accord préalable du gouvernement.

Suite à cette décision, Google a annoncé qu’il retirait la licence Android à Huawei.

Alors que la société avait précédemment déclaré qu’elle n’était pas pressée de déployer son OS mobile. Cependant il semble que les objectifs aient changé.

Plus tôt cette semaine, Huawei a commencé à inviter les développeurs du Google Play Store à ajouter leurs nouvelles applications sur l’app store AppGallery de Huawei.

Huawei s’oppose à l’interdiction américaine

Par ailleurs, Huawei se serait également opposé à l’interdiction américaine. Ceci par le biais d’une lettre adressée à la « Federal Communications Commission » des États-Unis. De plus, le géant a entamé des poursuites aux États-Unis, affirmant que l’action du président Trump était inconstitutionnelle.

Enfin, dans sa lettre à la FCC, la société s’opposait à l’interdiction en raison de menaces à la sécurité nationale. De plus, le mémo a également ajouté qu’une telle interdiction pourrait amener les Etats-Unis à « violer ses obligations commerciales internationales ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire